Dossier : Angela Merkel peut-elle encore être battue ?

Angela Merkel peut-elle encore être battue ?

Si la CDU remporte encore une fois une majorité suffisante pour former un gouvernement le 24 septembre, la chancelière allemande rempilera pour un quatrième mandat.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Allemands votent le 24 septembre pour élire leur Parlement et désigner leur futur chancelier. Angela Merkel est candidate à sa propre succession. Si elle remporte encore une fois une majorité suffisante pour former un gouvernement, la chancelière, qui a été à la fois celle de l’inflexibilité hégémonique allemande dans la crise grecque et celle de l’ouverture des frontières face à la crise migratoire, rempilera pour un quatrième mandat. C’est tout à fait possible, tant la leader des conservateurs reste populaire outre-Rhin.

Face à elle, le candidat des sociaux-démocrates, Martin Schulz, ancien président du Parlement européen, tente de s’imposer comme un concurrent crédible. Mais son parti sort d’une série de défaites électorales dans plusieurs États-régions. À deux mois du scrutin, une large palette de coalitions gouvernementales est envisageable : entre conservateurs et sociaux-démocrates comme aujourd’hui, entre conservateurs et libéraux, avec ou sans les Verts, ou encore, peut-être, d’union des gauches.

À lire dans ce dossier :

• Allemagne : Le SPD à la peine

• « Le programme du SPD est inconséquent »


Haut de page

Voir aussi

Téléphone portable à l'école : une belle diversion

Un prof sur le front par

Blog

 lire   partager

Articles récents