Compte pénibilité : Un progressisme à rebours

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Par courrier, Édouard Philippe a annoncé le 8 juillet le remplacement du compte pénibilité par un compte professionnel de prévention. Avec le mot, disparaissent deux cotisations patronales, ce qui ravira le Medef, et surtout quatre des dix critères pris en compte pour évaluer la pénibilité. Si le travail de nuit, répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare, le bruit et les températures extrêmes continuent de donner aux salariés du privé des points leur permettant de partir un peu plus tôt à la retraite, de se ­former ou de travailler à temps partiel sans perte de salaire, ce ne sera pas le cas pour le port de charges, les postures pénibles, l’exposition aux vibrations mécaniques ou aux agents chimiques. Les salariés dont le métier consiste par exemple à soulever des meubles ou respirer du chlore devront, pour bénéficier d’un départ anticipé à la retraite, avoir contracté « une maladie professionnelle reconnue et dont le taux d’incapacité permanente excède 10 % ». Bref, il faudra attendre que le cancer se déclare…


Haut de page

Voir aussi

Atakalamou el Arabiya

Un prof sur le front
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents