Nucléaire : Un flou inquiétant

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici à 2025 : Nicolas Hulot l’a martelé lors de l’annonce de son plan climat tout en restant évasif sur la fermeture de centrales. Quatre jours plus tard, le ministre de la Transition écologique et solidaire précise : « Peut-être jusqu’à 17 réacteurs ». Un chiffre et un conditionnel qui n’atténuent pas le flou de l’annonce. D’autant que la situation financière peu reluisante d’EDF incite certains à penser que le gouvernement pourrait faire un cadeau à l’entreprise.

« Le gouvernement n’est pas en train de se convertir à l’antinucléaire, il doit simplement être réaliste », a ironisé Stéphane Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents