L’attentat oublié de Ouagadougou

Le 14 août, une fusillade au Burkina Faso a fait 19 victimes. Un drame peu médiatisé.

C’est une loi inexorable de la presse. La mort, quand elle est donnée en Afrique, ne fait pas la une de nos médias. Douze jours avant l’attentat de Barcelone, le terrorisme a pourtant frappé durement Ouagadougou. Vers 20 h 30, dix-neuf personnes sont tombées sous les balles d’un groupe d’assaillants alors qu’elles étaient attablées pour le dîner dans un café-restaurant réputé de la capitale burkinabée. Vingt-deux autres ont été blessées. Les témoins ont décrit un véritable carnage. Le mode opératoire était…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents