Salah Hamouri placé en détention administrative pour six mois

Le militant franco-palestinien est accusé d'appartenance à une organisation politique illégale. La décision de l'enprisonner viendrait directement du gouvernement israélien.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Salah Hamouri a été placé hier en détention administrative pour une durée initiale de six mois, a annoncé son épouse Elsa Lefort. Il avait été arrêté mercredi 23 août à Jérusalem-Est, et sa détention avait été prolongée de 48 heures dimanche dernier.

Le cauchemar recommence donc pour l'activiste franco-palestinien, qui a déjà été emprisonné en Israël pendant sept ans, entre 2005 et 2011. La détention administrative, renouvelable de six mois en six mois, est une arme des autorités israéliennes pour maintenir sans motif en prison des militants palestiniens.

Selon RFI, Salah Hamouri « est soupçonné d'avoir renoué avec “une organisation politique illégale”, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) », ce qu'il nie. Toujours selon nos confrères, « le tribunal israélien avait décidé de placer le Franco-Palestinien en résidence surveillée pour 20 jours », mais c'est le ministère de la Défense qui a « émis un ordre de détention administrative ». Cette décision, prise en l'absence de tout jugement et de condamnation, est donc avant tout politique.

Cette demande du gouvernement israélien doit être confirmée, ou pas, par le tribunal, dans un délai de 48 heures, soit d'ici jeudi, selon l'Association France Palestine Solidarité, qui réitère sa demande faite aux autorités françaises d'agir pour sa libération.

Un rassemblement pour la libération de Salah Hamouri est organisé jeudi 31 août à 16h30 à Paris, devant le ministère des Affaires étrangères (métro Invalides).


Haut de page

Voir aussi

Articles récents