À la cité des 3 000, des habitants craignent une épuration sociale

Ce week-end, dans le quartier Nord d’Aulnay, était organisée une mobilisation contre la destruction de l’immeuble appelé Le Galion. Diverses associations tente d’élaborer un contre-projet avec la population.

Malika Butzbach  • 30 octobre 2017 abonné·es
À la cité des 3 000, des habitants craignent une épuration sociale
© Photos : Malika Butzbach

Au nord de la gare RER d’Aulnay-sous-Bois, on aperçoit une grande barre latérale, surmontée d’une image du footballeur Moussa Cissoko. Ce bâtiment, Le Galion, marque l’entrée de la citée de la Rose des Vents, apparue à la une des médias lors de l’affaire Théo en février dernier. Devant elle, deux hommes discutent en agitant les bras. « Il faut la détruire cette barre, elle est bien trop moche ! », s’exclame le plus âgé. « Mais tonton, on peut faire plus que la détruire, on peut la rénover. Cela ferait changer les choses et aussi les mentalités », argue le plus jeune. Il s’agit d’Hadama Traoré, fondateur du mouvement « La révolution est en marche ». Ce samedi 28 octobre, il ouvre la « première manifestation sociale du quartier » selon ses mots : un week-end d’animation et de discussion afin de sensibiliser la population au sort du Galion, destiné à la destruction. Avec son mégaphone, il fait le tour du quartier pour « réveiller la populace », à la criée. « Venez

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)