Barbara Balzerani : Lune de sang

Dernière grande dirigeante des Brigades rouges, Barbara Balzerani a passé plus de vingt-cinq ans dans les prisons spéciales italiennes. Elle est devenue l’auteure de plusieurs récits autobiographiques, dont le premier vient d’être traduit en français.

Au beau milieu des rigides années 1950, dans une Italie largement bigote (même si elle compte, depuis 1945, le plus important parti communiste d’Europe occidentale), une petite écolière passe un dimanche en famille dans un « village-sanctuaire » au sud de Rome, où a été construite une grande église. Après le déjeuner, une certaine agitation règne sur le parvis de la basilique, un homme de grande taille focalise toute l’attention. C’est Aldo Moro, alors jeune dirigeant de la Démocratie chrétienne (DC), déjà…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents