Che Guevara : « Victime d’une distorsion de l’histoire »

Pour Janette Habel, l’image du révolutionnaire Guevara en « ayatollah » est un contresens qui ne tient pas compte du contexte.

Cinquante ans après son exécution par l’armée bolivienne, le 9 octobre 1967, dans le village de La Higuera, Ernesto « Che » Guevara alimente toujours les passions et les controverses. Pour les uns, il reste l’icône immortalisée par la fameuse photo d’Alberto Korda. Pour les autres, il est un « ange exterminateur ». Janette Habel, qui l’a connu à Cuba, au milieu des années 1960, réfute ces deux caricatures. Elle brosse ici un portrait plus complexe. Vous avez rencontré Ernesto Guevara, à Cuba, en 1964,…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents