« Circus Remix », de Maroussia Diaz Verbèke : Liberté de langages

Avec Circus Remix, Maroussia Diaz Verbèke se fait « circographe » et poursuit dans ce solo sa stimulante recherche de nouvelles écritures.

A ttention, attention, attention, 5, 4, 3, 2, 1. Good evening, buona sera, bonsoir à toutes et à tous. Bienvenue dans Circus Remix. » Dès ces banales phrases d’introduction qu’elle mixe en direct à la manière d’un DJ, Maroussia Diaz Verbèke convoque tout un monde, très éloigné du cirque traditionnel, dont elle emprunte provisoirement le lexique. Ce monde, celui de la radio, elle en a longuement consulté les archives afin de composer une étonnante partition textuelle. Un patchwork de mots déconnectés dans le spectacle de leur contexte d’origine, mais dont la traçabilité est assurée par un joli livret édité par la compagnie de l’artiste, Le Troisième Cirque. Pour Maroussia Diaz Verbèke, le cirque n’a rien à envier à l’opéra. Pas plus qu’à la littérature, au théâtre et à la danse, auxquels sont consacrées les émissions recyclées en voix de M. Loyal. Dans Circus Remix, le cirque est ainsi placé au cœur de l’art et de la pensée. Après les trois mises en garde initiales prononcées par la poète et romancière Nathalie Castagné et les auteurs Fred Vargas et George Steiner, le montage de Maroussia continue deux heures durant de détourner les propos de toutes sortes d’artistes et intellectuels au service d’une réflexion très libre sur le cirque. Une bégayante « petite parenthèse, euh… historico-institutionnelle, autour de cette période peu connue de la naissance du cirque moderne. Donc, euh, aux alentours des années 1760 », recycle ainsi non seulement des paroles de Caroline Hodak et d’Emmanuel Laurentin de l’émission « La Fabrique de l’Histoire » sur France Culture, mais aussi de Laure Adler interrogeant Brigitte Fontaine, d’Annie Ernaux ou encore de Pierre Desproges.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents