General Electric : Un trésor livré aux spéculateurs

Trois ans après le rachat de la branche énergie d’Alstom, General Electric supprime 345 emplois à Grenoble et semble vouloir sacrifier la très reconnue filière hydroélectrique française.

General Electric est-il en train de sacrifier un fleuron de l’industrie française, pièce maîtresse du développement des énergies renouvelables, au mépris de ses engagements ? C’est le constat amer qui se confirme de jour en jour aux yeux des salariés de l’usine de turbines hydroélectriques de Grenoble. À lire aussi >> General Electric : Un trésor livré aux spéculateurs Ce site séculaire niché au cœur des Alpes a vu naître l’industrie hydraulique et fournit aujourd’hui des turbines à des barrages du monde entier. Il a été racheté en 2014 par le géant américain General Electric (GE), avec la branche énergie d’Alstom. Déjà, ce dépeçage de l’industrie française dans un secteur aussi stratégique pour « l’indépendance énergétique » avait fait naître des inquiétudes jusqu’au sein du gouvernement socialiste. Car la branche énergie d’Alstom fabrique non seulement des turbines pour les barrages, mais également celles qui permettent aux éoliennes et aux centrales nucléaires de fonctionner. Au moment de l’achat, l’Américain s’engageait à ne pas délocaliser et à créer 1 000 emplois en France. Il a fallu moins de trois ans pour qu’il s’assoie sur ses promesses et annonce, pour le site grenoblois, la destruction de 345 emplois sur près de 800, s’ajoutant à 590 suppressions de postes depuis 2016. La production est délocalisée en Inde, au Brésil, en Turquie, au Kenya et en Chine, où les coûts de production seraient trois à quatre moins élevés qu’en France.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents