L’enquête russe se rapproche de Trump

Le procureur Robert Mueller a décidé d’inculper le directeur de campagne du Président, Paul Manafort, accusé d’avoir dissimulé ses contacts avec Moscou.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le vent du boulet commence à souffler très fort aux oreilles de Donald Trump. Ce qu’on appelle déjà aux États-Unis « l’enquête russe », qui vise à établir l’ingérence du Kremlin dans la campagne électorale américaine, a connu une spectaculaire évolution le 30 octobre. Le procureur Robert Mueller a en effet décidé d’inculper le directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, accusé d’avoir dissimulé ses contacts avec Moscou. 

Mais l’acte d’inculpation ne suggère pas, pour l’instant, de collusion directe. Plus embarrassantes dans l’immédiat sont les révélations concernant l’ancien conseiller de Trump, George Papadopoulos. Ce dernier a reconnu avoir menti quant à ses liens avec des intermédiaires russes auprès desquels il avait appris que Moscou détenait, par le biais de milliers d’emails, « de quoi salir » Hillary Clinton.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents