L’État, le vent et les fossiles

Face à des événements météorologiques extrêmes, que peut l’État au moment ils se produisent ? Rien.

Les événements écologiques récents ont réveillé des peurs car la puissance des cyclones balayant les îles des Caraïbes est littéralement surhumaine. La déréliction vécue par les habitants de ces lieux a nourri une critique des États, défaillants dans les secours, notamment aux populations les plus exposées et les plus pauvres. Si ces critiques sont justes – encore faudrait-il ajouter le laisser-faire immobilier et la réduction de ces territoires à des plateformes de spéculation financière et d’évasion…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents