Violences sexuelles : « Nous sommes dans une période de transition »

Selon l’avocate Carine Durrieu Diebolt, l’évolution des mentalités ne suffit pas. Il faut aussi faire évoluer le droit et mieux former les personnels de la justice.

Spécialisée dans les violences faites aux femmes, Carine Durrieu Diebolt a notamment défendu Sarah, 11 ans, qui a eu une relation sexuelle avec un homme de 28 ans. Parce qu’elle a suivi l’agresseur et est restée sidérée, le parquet, dans l’audition du 26 septembre, n’a pas retenu la contrainte ou la surprise qui auraient permis de qualifier le viol, ce qui a donné lieu à une indignation populaire. C’est le consentement, défini comme l’accord volontaire que donne une personne à son partenaire, qui détermine…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents