Catalogne : « Les régions riches n’ont plus besoin des régions pauvres »

Spécialiste des relations économiques entre territoires, Laurent Davezies explique les motivations des aspirations indépendantistes des régions riches en Europe. En particulier celles des Catalans.

Olivier Doubre  • 1 novembre 2017 abonné·es
Catalogne : « Les régions riches n’ont plus besoin des régions pauvres »
© photo : ANDY BUCHANAN/AFP

L’économiste Laurent Davezies [1] analyse ici le rapport de forces entre Madrid et les indépendantistes catalans, notamment au regard de la question économique et de la solidarité entre régions espagnoles. Non sans s’interroger, au-delà du seul cas catalan, sur la question démocratique et les conditions nécessaires pour qu’une région puisse rompre avec un vieil État européen.

Les raisons économiques sont-elles, selon vous, déterminantes dans l’aspiration de certains Catalans à revendiquer l’indépendance de cette région parmi les plus riches d’Espagne ? Le fait d’une sorte d’« égoïsme territorial », phénomène auquel on assisterait par ailleurs en Europe ?

Laurent Davezies : On retrouve en effet peu ou prou la même chose avec l’Écosse, et ses ressources pétrolières, ou les régions riches du nord de l’Italie. J’ai parlé à ce propos d’une « idéologie de la calculette ». Or, si l’on regarde par le passé les mouvements indépendantistes, en particulier anticoloniaux, ils étaient d’abord dictés par la recherche de la liberté, pour soulever le joug de l’occupation et de l’oppression coloniales, mais en aucun cas ils avaient pour objectif d’être plus riches in fine. On n’a jamais dit ni même espéré que l’Algérie connaîtrait une opulence fulgurante plus

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro