Jean-Michel Blanquer porte plainte contre un syndicat Sud

Le ministre de l'Éducation nationale attaque Sud-Éducation Seine-Saint-Denis en « diffamation » pour avoir utilisé l'expression « racisme d'État ». Il porte ainsi atteinte à la liberté syndicale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé mardi qu'il allait porter plainte pour « diffamation à l'encontre de Sud Éducation 93 », qui a prévu d'organiser mi-décembre des ateliers de formation destinés aux enseignants, dont deux se feront « en non-mixité ».

Sud-Éducation 93 a convié les enseignants, sur son site, à participer à un stage de deux jours intitulé « Au croisement des oppressions. Où en est-on de l'antiracisme à l'école ? ». Dans la série d'ateliers organisés, deux se dérouleront en « non-mixité », selon le programme affiché sur le site, qui précise par ailleurs que le stage est quasiment complet. « Pratiques de classes : outils pour déconstruire les préjugés de race, de genre et de classe » le lundi matin et atelier « Récit d’expérience : quelle vie professionnelle pour les enseignant-e-s racisé-e-s ? ».

L'expression « non-mixité » a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, notamment dans la fachosphère. Les groupes en non-mixité peuvent être réservés à des personnes « racisées » (qui s'estiment victimes de préjugés ou de discrimination racistes en raison de leur origine), ou à des personnes se réclamant du genre féminin ou du genre masculin. Dans les deux cas, ils suscitent régulièrement la polémique, généralement à l'initiative de l'extrême droite.

« L'expression même utilisée est absolument scandaleuse, elle ne peut avoir sa place dans l'Éducation nationale », a déclaré M. Blanquer devant l'Assemblée nationale, en réponse à la députée LREM Cécile Rilhac, qui avait fustigé cette expression dans les mêmes termes. « C'est pourquoi, puisque ce syndicat a décidé de parler de racisme d'État, j'ai décidé de porter plainte pour diffamation à l'encontre de Sud-Éducation 93 », a-t-il ajouté.

« On parle de “non-mixité raciale”, on parle de “blanchité”, on parle de “racisé” c'est-à-dire les mots les plus épouvantables du vocabulaire politique sont utilisés au nom soi-disant de l'antiracisme alors qu'en fait ils véhiculent évidemment un racisme », a critiqué M. Blanquer. Ces termes sont pourtant utilisés depuis de nombreuses années par des organisations antiracistes. 

Jean-Michel Blanquer a aussi « regretté que le syndicat national ne se soit pas désolidarisé de la section de Seine-Saint-Denis ». Le ministre avait déjà réagi dans un tweet lundi condamnant « avec fermeté le projet d'une réunion syndicale triant les membres sur la base de leur origine ».

Dans un communiqué, Sud-Éducation 93 note que le stage est annoncé sur le site depuis la mi-octobre, « sans avoir suscité la moindre réaction » et dénonce la référence à un « tri des origines » dans la bouche du ministre. Il pourra maintenant dénoncer une véritable répression syndicale à leur encontre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents