La fin de l’illusion Hulot

En renonçant à l’objectif de ramener à 50 % la part de l’électricité nucléaire en 2025, le ministre de l’Écologie scandalise les associations et… redonne vie à EELV.

Patrick Piro  • 15 novembre 2017 abonné·es
La fin de l’illusion Hulot
© photo : GUILLAUME SOUVANT / AFP

La scène délivre un message ravageur. Mardi 7 novembre, à la sortie du Conseil des ministres, Nicolas Hulot annonce que l’un des engagements forts d’Emmanuel Macron passe à la trappe : la baisse à 50 % (contre 75 % actuellement) de la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici à 2025. « Si on veut maintenir la date, explique le ministre de l’Écologie, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques et de la fermeture des centrales à charbon. »

Regard fuyant et débit hésitant, le numéro 3 du gouvernement, devenu anti-nucléaire après Fukushima, donne l’image d’un prisonnier politique lisant un texte de propagande imposé. Il est encadré et dominé en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 6 minutes