Le voile, parce qu’elles le veulent bien

Un ouvrage collectif tente de défaire les stéréotypes sur les femmes voilées en donnant la parole à celles qui le portent.

Marine Caleb  • 15 novembre 2017 abonné·es
Le voile, parce qu’elles le veulent bien
© photo : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

En France, « 85 % des actes islamophobes visent les femmes », particulièrement les femmes voilées. Ce sont notamment ces violences que dénoncent les douze contributrices et contributeurs de l’ouvrage collectif Voiles et préjugés, dirigé par la journaliste Nadia Henni-Moulaï.

Publiés en octobre 2016, ces témoignages entendent déconstruire les stéréotypes qui ont envahi le débat sur le voile, en redonnant la parole aux premières concernées. Souvent caricaturées, les femmes voilées se voient « réduites à un accessoire ». N’ayant pas la « possibilité ni de penser ni de s’exprimer en tant que sujet », elles sont devenues un « objet de discours » et un « enjeu politique », affirme le texte -d’introduction.

Reflet présumé d’un refus de s’assimiler ou symbole d’oppression, le voile, à l’instar de la barbe, serait avant tout un problème de « visibilité » des fidèles de l’islam, résume la fondatrice du média MeltingBook, Nadia Henni-Moulaï. En réponse, Voiles et préjugés s’attache à humaniser et à démystifier l’objet de tant de fantasmes.

Selon ces témoignages, se voiler ou se dévoiler est avant tout un choix personnel et une liberté individuelle. Parfois une fierté, un moyen de s’affirmer, ou simplement l’étape d’une quête identitaire : à chaque femme sa signification. Les récits dépeignent ainsi la banalité du port du voile, contredisant le caractère oppressif qui lui est généralement accolé, et qui ne représente pas la majorité des situations dans les sociétés occidentales, d’après les auteurs. Militante féministe et antiraciste, fondatrice de l’association et du magazine Lallab, Sarah Zouak a le sentiment d’avoir toujours été réduite à sa confession par les non-musulmans, tout en se sentant « à part » dans la communauté musulmane extérieure à sa famille. « Engagée et ouverte », elle ne correspondait pas à l’image de la femme musulmane.

En 2016, Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, a comparé les femmes voilées à ces « nègres américains favorables à l’esclavage ». Voiles et préjugés s’inscrit en réaction à cette accusation de soumission volontaire, qui n’a d’autres effets que d’alimenter l’ignorance et d’encourager le racisme et l’islamophobie.

Voiles et préjugés, Nadia Henni-Moulaï (dir.), MeltingBook, 127 p., 13 euros.

À lire aussi dans ce dossier :

Derrière l’affaire Ramadan, le vrai débat

Le « grand remplacement », un mythe à déconstruire

Patrick Simon : « Défendre la synthèse de la diversité culturelle »

« Islamo-gauchisme » : « Un signe de délabrement du débat »

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant