Taxe sur les dividendes :
 Le Medef, jamais satisfait

L'organisation patronale proteste contre la hausse exceptionnelle de l’impôt sur les bénéfices.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un brun capricieux, le syndicat des patrons ? Le Medef proteste contre la hausse exceptionnelle de l’impôt sur les bénéfices (IS), imaginée par le gouvernement pour trouver une partie des 10 milliards d’euros qu’il va devoir débourser pour rembourser la taxe sur les dividendes déclarée illégale. Mais cette hausse, temporaire et plafonnée, sera couverte tout ou partie par les sommes que l’État remboursera par ailleurs aux 320 grandes entreprises concernées. Le Medef oublie aussi de parler des quelque 2 milliards d’euros que celles-ci gagneront les années suivantes avec la fin de la taxe sur les dividendes, auxquels s’ajoutent 8,5 milliards annuels de baisse d’impôts sur les sociétés. Un oubli, sans doute.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents