Dossier : Domination masculine : 2017, année de la révolte

Domination masculine : 2017, année de la révolte

Dans le sillage de l'affaire Weinstein, du mouvement #Metoo et #Balancetonporc, 2017 sera-t-elle une année charnière ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Françoise Héritier a assisté à la naissance du mouvement #Metoo. Peu avant sa mort, le 15 novembre dernier, l’anthropologue répondait au Monde : « C’est ce qui nous a manqué depuis des millénaires : comprendre que nous n’étions pas toutes seules ! Les conséquences de ce mouvement peuvent être énormes. » Elle y mettait une condition : « Tirer tous les fils pour repenser la question du rapport entre les sexes, s’attaquer à ce statut de domination masculine… »

L’affaire Weinstein est arrivée dans le sillage des affaires DSK et Baupin. Si le #Balancetonporc est venu d’un milieu exposé et glamour, le #Metoo a englobé de nombreuses femmes victimes de harcèlement. Elles ont pris la parole. Des hommes sont tombés des nues. Des victimes et des témoins se sont mis à parler.

En parallèle, à la maison, une autre expression s’est installée dans les échanges : celle de « charge mentale », popularisée par la bédéiste Emma et ses planches sur le poids de l’organisation familiale qui pèse sur les femmes.

L’écriture inclusive a trouvé dans ce contexte une nouvelle piste de lancement. Avec ses effets pervers : s’acheter une bonne conscience féministe à bas coût sans refonder ni les structures de langue ni les fonctionnements sociaux. Car l’enjeu est là. Année de révolte, 2017 sera-t-elle une année charnière ? Des changements vont-ils s’imposer avant que l’effervescence ne retombe ? Quelle place pour le corps des femmes dans une démocratie ? lance la philosophe Geneviève Fraisse. Comment transformer les rapports hommes-femmes, notamment au travail ? Quelle égalité salariale ? Quelle éducation pour nos « porcelets » ? Quels risques de dérives quand la censure menace de remplacer l’effort critique ? Quels « retours de bâton » faut-il craindre ?

À lire dans ce dossier :

• Domination masculine : le début de la fin ?

Partage ma charge mentale !

Geneviève Fraisse : « Quelle place pour le corps des femmes ? »

Parlez-vous l’inclusif ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents