Elias Sanbar : « Trump alimente le rêve des colons d’une nouvelle Nakba »

Historien et écrivain, Elias Sanbar analyse ici les conséquences de la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Denis Sieffert  et  Marine Caleb  • 13 décembre 2017 abonné·es
Elias Sanbar : « Trump alimente le rêve des colons d’une nouvelle Nakba »
© photo : Ahmad GHARABLI/AFP

Les effets différés de la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade américaine seront peut-être plus importants que les conséquences immédiates. Nul ne peut dire si les territoires palestiniens vont ou non s’embraser, ni si une nouvelle intifada va débuter, comme le souhaite le Hamas, mais l’engagement américain change la donne internationale. C’est ce que nous dit ici Elias Sanbar.

Trump a liquidé les dernières illusions qui pouvaient subsister, y compris au sein de l’Autorité palestinienne, sur la volonté de médiation américaine. On se tourne naturellement vers l’Europe et la France, qui ont un rôle de premier plan à jouer. Mais rien sans doute ne sera possible sans une large mobilisation de la société palestinienne. Une mobilisation qui a débuté sur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)