Brésil : lourde condamnation pour Lula

L'ancien président brésilien était jugé en appel pour « corruption passive » et « blanchiment d’argent ». Il a écopé de plus de douze ans de réclusion.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Douze ans et un mois de prison. C'est le verdict, alourdi en appel, du tribunal qui a condamné mercredi 24 janvier l'ancien président brésilien Lula pour « corruption passive » et « blanchiment d’argent ». Après le coup d'État parlementaire qui a destitué Dilma Rousseff en 2016, c'est au tour d'une justice aux ordres de s'acharner sur son mentor Lula, l'ancien ouvrier et syndicaliste de gauche adulé par le petit peuple pour avoir fait notablement reculer la pauvreté au Brésil lors de ses huit années au pouvoir (2003-2011). 

Lula aurait reçu en cadeau un triplex, pot-de-vin soupçonné. Mais le dossier est très mince : l'appartement n'est pas à son nom, et il n'y aurait jamais mis les pieds. Rien qui justifie en tout cas l'extrême sévérité et célérité judiciaire dont la star politique a l'exclusivité : à droite, 45 des 81 sénateurs sont sous le coup d'accusations criminelles et toujours pas inquiétés. Jusqu'au président Temer lui-même. Le « tombeur » de Rousseff est dans le collimateur pour « participation à une organisation criminelle », « corruption passive » et « obstruction à la justice », mais rien ne bouge grâce à l'appui du Congrès… qui a permis sa désignation à la présidence. 

Le fond politique de l'affaire, c'est que Lula veut concourir à nouveau à la présidentielle, et qu'il caracole en tête des sondages. Sa condamnation définitive invaliderait sa candidature. Des recours existent encore. De quoi tenir jusqu'en octobre prochain, date du scrutin ? Pas si la justice persiste dans son exceptionnelle diligence… Alors que la gauche politique reste abasourdie par cet impensable retour des années noires du clientélisme et de l'omnipotence des élites, la rue pourrait alors se charger de sonner la révolte.


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents