L’indépendance comme exigence

Paul Otchakovsky-Laurens, mort à 73 ans le 2 janvier, a façonné une maison d’édition respectée, rigoureuse et foisonnante.

Symboliquement, il occupait le devant de la scène de l’édition artisanale et exigeante, celle qui se fait à l’écoute d’une voix intérieure et subjective que soulève, ou pas, le texte d’un manuscrit. À cette place éminente et nécessaire, tant les vents mauvais de la finance et de l’uniformisation soufflent sur la littérature, Paul Otchakovsky-Laurens avait succédé à Jérôme Lindon, disparu il y a plus de quinze ans. Un accident de voiture l’en a brutalement arraché, le 2 janvier. Paul Otchakovsky-Laurens,…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents