Neurosciencesmania à l'Éducation nationale

Jean-Michel Blanquer a nommé un conseil scientifique largement dominé par des membres issus des sciences cognitives.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La passion avérée du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer pour les neurosciences vient de le conduire à nommer un conseil scientifique au sein de l’Éducation nationale. Une structure pilotée par le neuroscientifique Stanislas Dehaene et constituée pour moitié de membres « issus des sciences cognitives tandis que des pans entiers de la recherche en sciences de l’éducation en sont absents », alerte le syndicat enseignant SNUipp-FSU. Qui en conteste l’indépendance : « Une grande partie de ses membres sont proches de l’association Agir pour l’école et de l’Institut Montaigne. » Mais d’acteurs de l’école, enseignants comme formateurs, il n’y a point.

À lire aussi >> Les neurosciences contre la pédagogie


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.