Notre-Dame-des-Landes : Une victoire du siècle

L’abandon de l’aéroport consacre la modernité d’une lutte qui a mis en échec les gouvernements et les élus ayant défendu sans relâche un projet destructeur et démesuré, imaginé il y a cinquante ans.

Patrick Piro  • 24 janvier 2018 abonné·es
Notre-Dame-des-Landes : Une victoire du siècle
© photo : LOIC VENANCE /AFP

Et toc ! », lance sobrement le calicot déployé par les militants au sommet de la tour de vigie de La Rolandière, sur la « zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes. Le Premier ministre, Édouard Philippe, vient d’annoncer l’abandon du projet d’aéroport. La grande liesse viendra plus tard dans la nuit.

Certes, les signaux émis du côté de Paris semblaient préparer les esprits. Mais les plus chevronnés des anti-aéroport étaient encore sceptiques, burinés par près de vingt ans de résistance obstinée et d’espoirs déçus. « Enfin une victoire ! », lâche simplement soulagé un militant, évoquant le recul de la solidarité, de l’écologie, de la justice sociale et de la démocratie depuis des années. « On y croit encore à peine », glisse Françoise Verchère, l’une des figures de proue de l’opposition.

La plus ancienne et la plus longue des luttes foncières de France vient de connaître son

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes