Notre-Dame-des-Landes : Une victoire du siècle

L’abandon de l’aéroport consacre la modernité d’une lutte qui a mis en échec les gouvernements et les élus ayant défendu sans relâche un projet destructeur et démesuré, imaginé il y a cinquante ans.

Et toc ! », lance sobrement le calicot déployé par les militants au sommet de la tour de vigie de La Rolandière, sur la « zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes. Le Premier ministre, Édouard Philippe, vient d’annoncer l’abandon du projet d’aéroport. La grande liesse viendra plus tard dans la nuit. Certes, les signaux émis du côté de Paris semblaient préparer les esprits. Mais les plus chevronnés des anti-aéroport étaient encore sceptiques, burinés par près de vingt ans de résistance obstinée et…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents