À Guérande, la fleur de sel au fusil

Dans les années 1970, les paludiers et leurs soutiens parviennent à contrer les appétits immobiliers et à sauver leur activité.

Vanina Delmas  • 24 janvier 2018 abonné·es
À Guérande, la fleur de sel au fusil
© photo : AFP/franck perry

À la fin des années 1960, un grand projet d’aménagement du territoire émerge des méninges politiques pour transformer le Grand Ouest de la France. La dynamique des Trente Glorieuses incite alors à développer le tourisme de masse. La presqu’île de Guérande et La Baule deviennent les cibles des promoteurs immobiliers, prêts à grignoter le littoral, et une grande partie des salinières sont absorbées par la Compagnie des Salins du Midi. Des acteurs économiques davantage intéressés par l’industrialisation et l’artificialisation des espaces que par l’artisanat.

Le savoir-faire des paludiers devait donc être enterré au profit d’une route à deux fois deux voies traversant les marais salants, de grands immeubles occultant la vue, d’un port en eau profonde et de marinas… Des projets symbolisant la modernité pour certains, notamment pour Olivier Guichard, à l’époque maire de La Baule et ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire. Mais la population locale se mobilise.

« Un noyau de paludiers s’est rapidement opposé à ces projets. Des jeunes de la région ou d’ailleurs sont venus les soutenir, se déclarant prêts à s’installer, car les fils de paludiers peinaient à prendre la relève », raconte Joël Quélard, engagé dans la lutte. Ce professeur de maths rejoint alors une troupe de théâtre et monte une pièce, Presqu’île à vendre, pour mettre en lumière les aberrations du dossier. Riverains, naturalistes, associations écologistes et universitaires s’allient aux paludiers et redoublent d’imagination pour s’opposer au projet. En 1971, avec la complicité des dockers de Saint-Nazaire, certains s’infiltrent dans la cale d’un cargo transportant du sel de la Compagnie des Salins du Midi pour y répandre des boules de naphtaline.

La médiatisation du combat s’étend, la solidarité se renforce et les municipalités, dont la plupart ont changé de bord politique, décident finalement de se retirer de ces chantiers pharaoniques. En 1972, un Groupement foncier agricole (GFA) permet d’installer les jeunes exploitants. Sept ans plus tard, un centre de formation est créé à destination d’une nouvelle génération de paludiers.

« Cette lutte a incité les paludiers à faire un vrai travail sur la qualité du sel, permettant la découverte de la fleur de sel, se souvient Joël Quélard. L’idée était aussi de créer une coopérative pour être maître de la vente, gérer les flux, apprendre à stocker et à relancer la production. » Cette coopérative existe toujours : Les Salines de Guérande. La résistance au projet a ainsi permis la sauvegarde d’une précieuse zone naturelle et d’un patrimoine, l’émergence d’un écotourisme et le développement d’un secteur économique jugé auparavant non compétitif.

À lire aussi dans ce dossier :

Notre-Dame-des-Landes : La ZAD se sent pousser des ailes

Notre-Dame-des-Landes : Une victoire du siècle

Au Larzac, ça a marché…

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas