À Guérande, la fleur de sel au fusil

Dans les années 1970, les paludiers et leurs soutiens parviennent à contrer les appétits immobiliers et à sauver leur activité.

À la fin des années 1960, un grand projet d’aménagement du territoire émerge des méninges politiques pour transformer le Grand Ouest de la France. La dynamique des Trente Glorieuses incite alors à développer le tourisme de masse. La presqu’île de Guérande et La Baule deviennent les cibles des promoteurs immobiliers, prêts à grignoter le littoral, et une grande partie des salinières sont absorbées par la Compagnie des Salins du Midi. Des acteurs économiques davantage intéressés par l’industrialisation et…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents