Pour les réfugiés, un flow d’engagement

Dans leurs textes, sur les réseaux sociaux ou par leurs prises de position, de nombreux rappeurs dénoncent les conditions d’accueil des migrants.

I l n’a pas voulu parler de sa motivation, il a simplement voulu chanter pour dire son engagement. » Ce mardi 19 décembre, l’animateur de la soirée de soutien de l’organisation SOS Méditerranée présente en quelques mots Disiz la Peste. Sans un mot, le rappeur monte sur scène et commence à chanter son titre « Poisson étrange ». Ce poisson étrange n’est autre qu’Aylan Kurdi, enfant syrien retrouvé mort sur une plage turque et dont la photo a fait le tour du monde.

Durant cette soirée visant à récolter des fonds pour L’Aquarius, le bateau de sauvetage de l’ONG qui a sauvé 25 000 vies en Méditerranée depuis février 2016, les mots de Disiz prennent tout leur sens. Derrière lui, un écran diffuse les images du clip d’animation réalisé par l’illustratrice Rosalie Pruvost.

Pour parler de la crise des réfugiés et des questions qu’elle soulève, Disiz interroge notamment notre inaction, la sienne comprise, face à un désastre humanitaire de cette ampleur : « Échoué sur une plage, étrange poisson rouge/Et tout le monde te regarde, mais personne ne bouge. »

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents