Université : contre la sélection

Des collectifs enseignants, étudiants, lycéens et de parents d’élèves se mobilisent en vue d’un rassemblement unitaire le 20 janvier.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Éviter la catastrophe annoncée. C’est le mot d’ordre que font circuler des collectifs enseignants, étudiants, lycéens et de parents d’élèves en vue d’un rassemblement unitaire le 20 janvier contre la sélection à l’université. 

À l’initiative de l’association des sociologues enseignant(e)s du supérieur (Ases), cette mobilisation entend « formuler des solutions politiques respectueuses des principes de l’université publique ». La sélection n’est pas la solution pour eux qui considèrent les « attendus » ou « prérequis » prévus par la réforme de l’université comme des « euphémismes ». 

Ces mesures qui affichent vouloir améliorer l’orientation des étudiants et réduire le taux d’échec en licence remettent en cause la liberté d’inscription des lycéens dans l’établissement de leur choix. Elles conditionnent en outre cette inscription à l’examen de leur dossier. De quoi prolonger la sélection sociale déjà à l’œuvre dans le secondaire.

À lire aussi >> Parcoursup : l'hypocrisie de la sélection à l'université


Haut de page

Voir aussi

Articles récents