Macron ferme la porte à la plupart des revendications des nationalistes corses

Très attendue après la nette victoire nationaliste aux élections territoriales de décembre dernier, l’allocution présidentielle à Bastia s’est retranchée sur les principes traditionnels de la République jacobine. En dépit de quelques ouvertures mineures.

L’après-midi bastiais du président de la République, mercredi, avait commencé par un signe de défiance entre nationalistes et autorités de la République. Après la rencontre de deux heures, mardi soir, entre Emmanuel Macron et les deux présidents de la nouvelle Collectivité territoriale unique (CTU), l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse, et Gilles Simeoni, en charge de l’exécutif de la Collectivité, les élus nationalistes ont tout bonnement boycotté le déjeuner avec le…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents