Dossier : Consentement sexuel : Ce que oui et non veulent dire

C’est quoi, un « vrai viol » ?

Les stéréotypes ont la vie dure, et la notion même de consentement est variable d’une culture à l’autre. L’une des réponses réside dans l’éducation des adolescents à la sexualité.

Au Canada, une femme qui ne dit rien est considérée comme non consentante. En France, une femme qui ne dit rien consent. C’est bien qu’il existe des différences culturelles dans la perception du « consentement » sexuel. Un terme qui n’est pas utilisé par la justice mais par l’opinion pour désigner l’acte de ne pas s’opposer. Sauf qu’une femme violée peut ne pas réagir, être frappée de sidération et même trahie par son corps, qui se « met en condition » pour ne pas souffrir. À une petite fille qui a été…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents