Toutes les nuances de oui… et de non

L’émergence du « consentement affirmatif » dans les relations sexuelles bouleverse le vieux schéma de l’homme qui propose et de la femme qui dispose.

Patrick Piro  • 7 mars 2018 abonné·es
Toutes les nuances de oui… et de non
© photo : Marin/AFP

Pour qu’une relation sexuelle soit « légale », en Suède, il conviendra, à partir de juillet prochain, que les partenaires (majeurs) aient explicitement manifesté leur « oui ». Un projet de loi pénalisant l’outrage sexuel « par négligence » a été soutenu par toute la classe politique. Le cadre juridique actuel a cessé d’opérer : sur quelque 7 000 délits qualifiés de viol chaque année, seuls 200 débouchent sur une condamnation. Il ne reviendra plus à la victime de prouver qu’elle « ne voulait pas », c’est le partenaire mis en cause qui devra démontrer qu’il était couvert par le « OK ». Un vrai basculement. C’est la traduction collective la plus avancée à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes