Congrès du PS : le socialisme en moins

Avec la très large élection d’Olivier Faure à la tête du parti, l’aile gauche du parti subit un échec cuisant. Et finit plus marginale que jamais.

Pauline Graulle  • 16 mars 2018 abonné·es
Congrès du PS : le socialisme en moins
© JOEL SAGET / AFP

François Hollande a gagné la partie. Avec l’élection à la tête du PS d’Olivier Faure, le parti de Jaurès a définitivement fermé la porte à son aile gauche, sonnant par là même la fin de l’ère de l’union des gauches, inaugurée par le congrès d’Épinay en 1971. Depuis hier, le nouveau premier secrétaire a beau répéter en boucle qu’il ne veut pas « enfermer le PS dans le hollandisme », les résultats parlent d’eux-mêmes. Non seulement, sa stratégie 100 % hollandaise – une campagne désidéologisée afin de rassembler aussi bien les aubrystes que les vallsistes – a frôlé la majorité absolue : 48,5 % des 37 000 militants ont voté pour Olivier Faure (lire son portrait ici). Mais l’autre fidèle hollandais, Stéphane Le Foll – qui fut directeur de cabinet de Hollande au moment où Olivier Faure était son directeur adjoint – a, lui aussi, rassemblé largement : 26 % des électeurs ont opté pour sa ligne de fière revendication du quinquennat passé.

À eux deux, Faure et Le Foll, lequel s’est désisté à la faveur d’un accord entre les deux tours prévus initialement, totalisent donc près de 75 % des suffrages. Autrement dit, on sait désormais que trois quarts des socialistes encartés assument « beaucoup » ou « passionnément » la politique menée sous la présidence de François Hollande.

Ce n’est pas une surprise, mais le camouflet pour l’opposition interne n’en est pas moins violent. Rassemblant 18,9 % des suffrages, Emmanuel Maurel, représentant du socialisme « canal historique », subit un revers cuisant. Et ce n’est pas la faute de sa campagne, réussie tant sur le terrain – des réunions publiques plutôt fréquentées – que lors du débat sur LCI où il a, de loin, été le moins mauvais communicant. Quant au député du Val-de-Marne Luc Carvounas, l’autre candidature revendiquée de l’aile gauche plafonne à moins de 6,3 % en dépit du soutien des quelques hamonistes demeurés au parti après le départ de l’ancien candidat à la présidentielle.

Au total, la gauche du PS tombe donc à environ 25 % du corps électoral militant, soit presque quatre points de moins qu’au congrès de Poitiers, en 2015, où Christian Paul avait obtenu 28,4 % des voix. De quoi entériner définitivement l’échec de la stratégie des frondeurs, qui estimaient alors encore possible de « gauchir » le parti de l’intérieur. « J’ai tenté. Rien à faire », a commenté Emmanuel Maurel, qui s’est dit « déçu » par le résultat.

Sans doute ceux qui attendaient l’issue du congrès d’Aubervilliers pour partir chez Benoît Hamon ont-ils déjà commencé à préparer leurs bagages. Plus que jamais mal en point, l’aile gauche du PS a manqué sa dernière occasion de se refaire. En optant pour un parti sans squelette idéologique, les militants sauvent, peut-être, son unité de façade. Mais ils lui promettent aussi, et plus sûrement, une désagrégation sans fin.

Politique
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian