L’héroïne, un mal social et sécuritaire

Trois sociologues étudient pour la première fois cette « catastrophe invisible » qui, en France, frappa durement les quartiers populaires.

Les cinéphiles se souviennent du film états-unien French Connection (1971), de William Friedkin, qui commence à Marseille, avec l’assassinat d’un policier français. Le film traite du fameux trafic d’héroïne entre le sud de la France et New York, la mafia marseillaise abreuvant de « came » en provenance de Turquie et d’Extrême-Orient tous les États-Unis, après l’avoir raffinée dans des laboratoires clandestins de la Côte d’Azur. Une scène montre un chimiste new-yorkais, un brin hippie, testant le produit,…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents