SNCF : le PCF présente ses contre-propositions et veut mobiliser les usagers

Les communistes entendent jouer un rôle majeur dans la mobilisation qui démarre jeudi 22 mars.

Pauline Graulle  • 20 mars 2018 abonné·es
SNCF : le PCF présente ses contre-propositions et veut mobiliser les usagers
© Julien Mattia / NurPhoto

Contexte social oblige, rendez-vous était donné au « Terminus Nord », en face de la plus grande gare d’Europe. C’est dans cette brasserie du quartier de la gare du Nord que Pierre Laurent, le chef du Parti communiste, a détaillé, lors d’une conférence de presse, le plan de bataille du PCF dans la mobilisation qui s’annonce. Le parti, proche notamment de la CGT Cheminots, avance à son tour des contre-propositions au projet d’Emmanuel Macron. Ce dernier, inspiré du rapport Spinetta, consiste à transformer, par ordonnances, la SNCF en société anonyme, à supprimer le statut des cheminots ou à déléguer aux régions les « petites » lignes de chemin de fer.

Or cela « ne répond ni au problème de la dette, ni au problème de sous-investissement, ni au problème du sous-effectif », souligne Pierre Laurent, qui voit dans les mesures du gouvernement visant la SNCF un « parti pris idéologique ». Avec, au bout du compte, un projet qui conduira à une dégradation sans précédent du service public ferroviaire puisque « sous-traiter aux régions l’entretien des lignes secondaires » revient « à leur faire faire le sale boulot : celui de fermer les 9 000 km de lignes ».

Prêt à taux 0, nouvelles taxes…

Le PCF veut au contraire améliorer « vraiment » le rail. Et pour trouver les fonds nécessaires, il a plus d’un tour dans son sac. Comment, d’abord, financer les 3 milliards d’euros annuels que coûte la dette de la SNCF ? Le PCF propose que la dette soit reprise par la Caisse des dépôts et consignation qui finance des prêts à taux zéro, et plus généralement, qu’un fonds européen de financement des services publics soit créé. Il s’agit ensuite d’apporter un supplément de ressources immédiates à l’entreprise publique : une taxe sur les parkings d’hypermarché, la création d’un livret d’épargne Transports, la renationalisation des autoroutes, ou la « recréation » (sic) d’une écotaxe poids lourds régionale sont envisagées. Par ailleurs, le gouvernement vient de s’engager à augmenter les financements pour le Grand Paris, preuve, pour Pierre Laurent, que « quand on veut trouver les moyens, on peut ». En tout, ces nouveaux financements permettraient de trouver 6 milliards d’euros, dont la moitié pour la SNCF et l’autre pour « les investissements dans les autres types de transports ».

Enfin, le leader du Parti communiste rappelle que la mise en concurrence voulue par le gouvernement n’a rien d’une fatalité. Certes, le 4e paquet ferroviaire européen s’impose à la France. Mais, avance-t-il, les articles 4 et 5 du règlement européen Obligation de service public prévoient « l’attribution de droits exclusifs aux opérateurs de services publics » si la mise en œuvre de la concurrence désorganise le service rendu.

La « bataille du rail » est lancée

Comment convaincre le gouvernement qu’un tel plan serait possible – et souhaitable ? Le Parti communiste vise la mobilisation des usagers eux-mêmes. C’est le sens de la campagne « Mon train j’y tiens » qu’il lance du 20 mars au 3 avril – jour du début de la grève à la SNCF – dans un millier de gares. « Il y a dans le pays un très grand attachement à la couverture nationale ferroviaire, mais en même temps, les gens vivent au quotidien la dégradation des services publics », souligne Pierre Laurent, qui estime que « les usagers peuvent entendre et comprendre les arguments que l’on défend ». Si le débat public « est, de fait, interdit par le recours, une fois encore, aux ordonnances », le PCF ne désespère pas de voir se lever « un front qui transcende les clivages politiques ».

En attendant, l’ensemble des partis et mouvements de gauche, PS compris, se retrouveront dans la rue, jeudi. Un appel unitaire intitulé « Défendons les services publics ! » a été signé par 11 formations de gauche, dont Génération.s, le NPA, le PCF, le « groupe parlementaire France insoumise », le Parti de gauche ou Alternative libertaire.

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian