Au Brésil, les sans-toit donnent de la voix

Ils résistent aux expulsions, organisent des occupations et acquièrent de plus en plus de légitimité. Le mouvement des mal-logés pourrait peser lors de la présidentielle d’octobre prochain.

La scène transpire l’indécence. Jonchant cette colline pelée du quartier São Tomé de Paripe, à la périphérie de Salvador, des tiges de bambou, des palmes, des plaques d’aggloméré et des toiles de plastique sont tout ce qu’il reste des baraques de fortune de 450 familles « sans-toit ». La veille, la police militaire a débarqué à l’aube pour tout détruire, molestant les récalcitrants. Sous le regard placide de six policiers, des employés municipaux remplissent une benne à ordures avec les reliquats de ce qui…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents