Jean-Pierre Léonardini tombe le masque

Dans Qu’ils crèvent les critiques !, le journaliste à l’Humanité et spécialiste de théâtre livre ses souvenirs et ses colères, comme ceux d’un certain festival d’Avignon en 2005. Une somptueuse valse énervée.

Les critiques sont des hommes de l’ombre. Ils avancent plutôt masqués et parlent davantage des autres que d’eux-mêmes, bien qu’on les accuse souvent de se dépeindre sous le couvert de l’attention qu’ils portent ou croient porter aux auteurs et aux artistes. Mais un coup de colère peut, parfois, faire sortir le critique de l’ombre. C’est ce qui s’est produit pour Jean-Pierre Léonardini, critique de théâtre à l’Humanité depuis les années 1960, écrivain aux mots savants agités d’une plume agile, aux analyses…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.