Le peuple de la ZAD remonte aux barricades

Les zadistes ont reçu un soutien massif le week-end dernier et envisagent la reconstruction des bâtiments détruits par la police.

Pluie, boue, 2 500 gendarmes mobiles, Flash-Ball, lacrymogènes, grenades offensives assourdissantes qui creusent des cratères noirs dans les prairies : pas très avenante, l’ambiance, mercredi 11 avril, pour l’invitation au pique-nique champêtre lancée la veille en soutien aux habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Mais trop, c’est trop : le lundi, dès le début de l’opération d’expulsion, le lieu-dit des 100 Noms a été rasé en dépit de l’assurance par la préfecture de Loire-Atlantique que les projets…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Winter is coming ou l'effondrement qui vient

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents