Procès de Tarnac : L’ennemi invisible

À l’issue de trois semaines d’audiences, les éléments à charge contre le supposé « groupe de Tarnac » se sont dégonflés. Mais le procès des politiques, lui, n’a pas eu lieu.

Ils ont hésité à venir. Mais à quoi aurait ressemblé le procès de Tarnac sans le « groupe de Tarnac » ? Il manquait déjà une partie des acteurs de cette affaire, née le 8 novembre 2008 (jour où ont été constatés des sabotages sur des caténaires SNCF en Seine-et-Marne) et portée devant la justice le 13 mars dernier. Beaucoup d’absents notables, en effet, dans la salle des criées d’un Palais de justice de Paris en plein déménagement pendant ces trois semaines d’audiences. Des témoignages anonymisés, mais…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents