Avec Parcoursup, ils n’en seraient pas là…

Dès la prochaine rentrée, le bac ne sera plus suffisant pour s’inscrire à l’université, dont seront écartés les élèves de filières pro, mais aussi ceux qui ont rencontré des difficultés scolaires.

Date butoir : le 22 mai. Ce jour-là, les premières réponses positives de Parcoursup tomberont pour les lycéens. Mais seulement pour les bons élèves. Les autres, ceux dont le dossier scolaire est jugé moins bon, se verront attribuer des réponses telles que « oui si » ou « en attente ». Avec la réforme et la loi ORE, les portes de l’université risquent d’être fermées pour eux. Pourtant, ces « mauvais » lycéens feraient-ils forcément de « mauvais » étudiants ? Réponse en trois contre-exemples.

À lire aussi >> Universités : le grand flou de la sélection

Sélim Derkaoui : « La fac m’a construit »

© Politis

« Sans l’université, je n’en serais pas là. Ces formations ont vraiment contribué à ce que je suis devenu. » Lorsque Selim Derkaoui, jeune journaliste, raconte son parcours, il ne peut s’empêcher de tomber dans l’analyse, qu’elle soit sociologique ou politique. Il évoque pêle-mêle Bourdieu, la loi LRU et les questions budgétaires de l’enseignement supérieur. Pourtant, au lycée, sa première note en sciences économiques et sociales, c’était 1/20. « J’ai eu 17 au baccalauréat, s’amuse-t-il. Ma revanche personnelle ! » À la fin de la seconde, ses professeurs lui imposent de redoubler. Or, dans certaines formations sélectives, les redoublements dans le secondaire génèrent un malus. Et si c’était le cas pour le classement des dossiers de Parcoursup à la fac ? Dans une logique de sélection, les redoublants se retrouvent désavantagés.

Au moment de l’orientation en première, on propose au jeune homme d’aller en filière technologique. Il le vit comme une injustice et refuse : « Un de mes camarades, fils de prof, avait les mêmes notes que moi, mais lui était accepté en première générale. J’avais vraiment l’impression que STMG [sciences et technologies du management et de la ­gestion, NDLR] était la voie de garage pour les Arabes. » D’ailleurs, quelques années plus tard, il retournera dans le bureau du proviseur pour défendre le passage en première S de sa petite sœur. « Elle aussi, on voulait l’envoyer en STMG. Résultat ? Elle a eu son bac et est en deuxième année de licence ! » Leurs parents connaissent mal les codes scolaires. Pour eux, ce qui compte surtout, c’est le diplôme, qu’importe la filière. En cours de sciences économiques et sociales, Selim découvre Pierre Bourdieu et la notion de déterminisme social, mais sans appliquer celle-ci à sa propre situation. « Il m’a fallu l’université pour cela », ironise le jeune homme de 26 ans.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’État »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents