Deux États : les jeunes Palestiniens n’y croient plus

Vingt-cinq ans après la signature des accords d’Oslo, la solution qui a toujours les faveurs de l’ONU paraît irréalisable à une large partie de la population, particulièrement chez les étudiants.

La cinquantaine bien entamée, costume gris, Mkhaimar Abusada parle d’une voix calme. Pour ce professeur de sciences politiques à l’université Al-Azhar de Gaza, « il semble difficile d’imaginer qu’un jour les 700 000 colons qui vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est soient renvoyés en Israël afin de permettre la création d’un État palestinien autonome. Et puis la Cisjordanie est morcelée, rongée de toutes parts par des routes israéliennes ». On sent poindre chez lui une certaine lassitude quand il aborde…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.