Dossier : Fonction publique : Le privé en embuscade

Fonction publique : Le privé en embuscade

Les fonds d’investissement n’ont jamais autant convoité les affaires publiques. Ils sont très bien représentés dans le comité « Cap 2022 », mis en place par Emmanuel Macron pour réfléchir à la « réforme de l’État ». Ces mastodontes du privé y poussent leurs pions, privilégiant leurs intérêts au détriment de ceux du service public et des fonctionnaires.

Les 34 experts du Comité action publique 2022 (Cap 2022), qui doit rendre dans les prochains jours ses propositions pour la réforme de l’État, ont tout d’une dream team macronienne. Une moitié de hauts fonctionnaires, souvent anciens conseillers des gouvernements précédents, quelques élus et économistes du premier cercle d’Emmanuel Macron (Philippe Aghion, Laurent Bigorgne, Jean Pisani-Ferry), huit patrons et autant de hauts fonctionnaires ou d’hommes politiques ayant fait des allers-retours entre le…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’État »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents