Violences sexuelles : « Ne pas dire oui, c’est dire non ! »

Le projet de loi défendu par Nicole Belloubet et Marlène Schiappa marque un grave recul pour les droits de l’enfant, suscitant l’indignation. Explications de Madeline Da Silva.

Elle était attendue, cette loi contre les violences sexuelles et sexistes. Dans la foulée des mouvements #metoo et #balancetonporc, sa préparation a laissé espérer des mesures permettant d’en finir avec la culture du viol. Mais la montagne accouche d’une souris : le projet de loi défendu par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, et discuté les 14 et 15 mai à l’Assemblée, n’est pas à la hauteur des…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents