Hôpital du Rouvray : « Le manque d’effectifs crée de la maltraitance »

Après presque trois mois de mobilisation et 18 jours de grève de la faim, les personnels du centre hospitalier de Rouvray ont obtenu la création de 30 postes supplémentaires. Reportage.

Un véritable patchwork de banderoles recouvre le bâtiment de la direction psychiatrique du centre hospitalier (CH) du Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime). Les slogans de revendications et de soutiens multicolores se détachent dans la grisaille, ce 8 juin. Au centre de la façade, un immense drap annonce « Ici on crève. Leur réponse c’est : [un énorme doigt d’honneur est dessiné] »… Depuis le 1er juin, les agents du centre occupent les lieux. « Ici, on a faim de colère », clame une autre banderole, alors que le hall du bâtiment sert de lieu de repos à quatre grévistes de la faim. Sur les sept agents qui ont démarré ce mouvement le 21 mai, trois ont été hospitalisés. L’objectif de ce geste radical : obtenir la création de 52 postes et d’une unité d’hospitalisation pour les adolescents. Un carton indique 18, le nombre de jours qu’ils ont passés sans rien avaler.

À lire aussi >> Urgence pour la psychiatrie

« Une grève de la faim, ça ne s’improvise pas », lance Barbara Grésil, une infirmière du centre qui exerce depuis vingt-sept ans. Elle prend un café avec des cheminots venus soutenir les grévistes du CH. Elle n’a pas dormi de la nuit pour veiller les grévistes. « Nous sommes deux la journée et trois la nuit, comme des nounous. On se relaie. » Il est bientôt 9 heures, elle va pouvoir passer la main à sa collègue qui arrive. Son visage, comme tous ici, est marqué par une grande fatigue. « J’ai l’impression de passer ma vie à l’hôpital ! Même quand je rentre, je lis tous les articles sur le sujet et, quand je dors, j’en rêve. » « Café ou cappuccino ? propose Éric. Hier il n’y en avait plus, alors me voici ! » Le jeune homme, qui souffre de troubles bipolaires, a été hospitalisé plusieurs fois au CH du Rouvray. « Les aides-soignants, les infirmiers, les psychologues… Tous ces gens se battent pour nous. C’est normal de les soutenir ! » Les infirmiers mobilisés avec les grévistes le remercient et l’invitent à boire une tasse avec eux. Mais la machine à café semble rendre l’âme. « Qui cédera en premier ? L’ARS ou la machine à café ? » plaisante une infirmière.

Voilà près de trois mois, depuis le 22 mars, que les salariés se heurtent au silence de l’agence régionale de santé (ARS), leur institution de tutelle. Finalement, des négociations ont eu lieu entre l’agence et une intersyndicale constituée de syndiqués et de non-syndiqués. Entre manifestations et interruptions, les échanges n’ont pas été de tout repos. Aujourd’hui sera le dernier jour de négociations. Mais, à cette heure, personne ne le sait encore.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents