« Juliana les regarde », d'Evelio Rosero : L’éveil à la violence

Evelio Rosero décrit les coulisses du pouvoir colombien à travers le regard d’une fillette.

Pour son anniversaire, Juliana aurait aimé une « fête de la piscine ». Mais le bassin est vide et aucun rire d’enfant ne résonne dans la belle propriété qu’elle habite avec ses parents. Cette année, elle n’a droit qu’au petit rituel que lui réserve toujours son père, un ministre, pour marquer le passage du temps. Il la hisse jusqu’au plafond. « Il souffle, hulule, coasse, il dit qu’il est un mixeur et que mes jambes sont deux carottes », lit-on dès la première page de Juliana les regarde. La narratrice éponyme du roman d’Evelio Rosero a beau avoir tout juste 10 ans, elle comprend qu’il y a dans ce cérémonial quelque chose de trouble. Elle entame alors une plongée dans un passé récent, où l’éveil à l’amour côtoie la débauche des grands.

Premier roman d’Evelio Rosero, écrit en 1987 mais traduit et publié en français chez Métailié après Les Armées (2008) et Le Carnaval des innocents (2016), Juliana les regarde aborde la situation politique colombienne de manière moins frontale que ces deux autres textes. L’un consacré à la présence des bandes armées dans les campagnes, l’autre à la mémoire des violences commises par Simón Bolívar dans son combat mené pour l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique. Dans sa description de la haute société colombienne, Evelio Rosero mise en effet d’abord sur le drôle de langage qu’il met dans la bouche de sa petite héroïne.

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents