Le mythe de l’entreprise

Plus d’un tiers de la richesse produite en France (son PIB) l’est par le secteur non-marchand.

Jérôme Gleizes  • 27 juin 2018 abonné·es
Le mythe de l’entreprise
© photo : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Dans ma précédente chronique (Politis n° 1498), je rappelais que la théorie économique standard défend la concurrence car, grâce à celle-ci, les profits des entreprises tendraient vers zéro. Cette propriété permet souvent de justifier la supériorité du privé (des entreprises) sur le public, car il serait plus apte à produire. En réalité, l’opposition privé/public est assez inopérante, et il vaut mieux lui opposer la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes