Parcoursup : Le désir d’étudier douché par l’État

Le traitement brutal  violences, gardes à vue, procès  des lycéens mobilisés contre Parcoursup est l’ultime avatar d’une volonté de briser dans l’œuf toute contestation issue de la jeunesse.

Ingrid Merckx  • 6 juin 2018 abonné·es
Parcoursup : Le désir d’étudier douché par l’État
© photo : Greg Looping / Hans Lucas

C’est une enseignante de l’université de Paris-III qui a posté ce dialogue sur Twitter, le 1er juin : « Pourquoi tu es là, toi ? Tu as eu un oui ! (Proviseur à lycéen participant au blocage de son lycée) – Oui, mais je suis solidaire des autres, c’est un problème collectif (lycéen). » Ce « oui », c’était une réponse positive de Parcoursup, la plateforme qui gère les inscriptions des bacheliers à l’université depuis la promulgation de la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), le 8 mars. Ces « autres », ce sont les lycéens non sélectionnés dans un premier temps, et qui sont en attente d’une affectation. Soit des jeunes qui se retrouvent le bec dans l’eau, déçus de ne pas faire partie des « premiers de cordée » acceptés du premier coup et pouvant décrocher sept réponses positives dans un établissement très coté. Ces « autres », ce sont donc ceux qui restent au mieux circonspects, au pire désemparés sans savoir que faire de leur peau à la rentrée. Une autre enseignante a confié son écœurement en lisant sur Twitter le message d’une élève : « Dans ma classe, on est tous “en attente” »…

À lire aussi >> Arié Alimi : « La politisation de la jeunesse est perçue comme un danger pour le pouvoir »

Pour certains, l’attente va se convertir en réponses positives. D’autres vont finir par accepter des second ou troisième vœux, choisissant leur orientation par défaut, après des semaines de stress. « À la veille du bac, mes terminales passent leurs journées et leurs nuits à se connecter sur la plateforme pour savoir si leur rang évolue. C’est un système cruel, soupire Emmanuelle, prof de philo au Bourget (lire son témoignage). _Alors quand j’entends le ministre Jean-Michel Blanquer dire que Parcoursup est “plus humain et plus rationnel”

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Éducation
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre