Pascale Martineau : Femme de scène, voix des révoltes

Pascale Martineau, auteure et interprète de la pièce tragi-comique Anna, explore l’enfermement et la liberté. Intransigeante.

Une gamine franchement perturbée envahit l’espace de la scène. Elle gesticule, cherche sa place. Et se remémore. Alors qu’elle avait 9 ans, son père l’a conduite ici, dans une espèce d’institut psychiatrique qu’Anna croit être une école, certes un peu spéciale, mais une école malgré tout. Elle espère bien y retrouver sa sœur Lisa, et tombe nez à nez sur un médecin. Elle est folle, qu’a dit son père en la déposant comme un colis. Elle ne l’a plus revu. Ça fait toujours un père de moins. Fébrile, fragile, un brin agitée du bocal, chialeuse aussi, pour sûr, elle n’est pas seule dans sa tête, tournant comme un sèche-salade, qui vient, va, repart, accoste. Elle doit alors se débrouiller seule, faire face, affronter, contourner les règles pour exister, et grandir, mûrir dans les mailles de l’interdiction, s’affranchir, cogitant ferme. Les années passent, l’institut demeure, l’enfermement avec, jusqu’au moment de fuir, de s’évader dans un rêve fou, la caboche ébouriffée, emportée par le flot de ses paroles, avec sa logique en vrac, fabriquant du faux avec du vrai, voire inversement. Anna songe sans doute à une grande maison, avec des tas de fenêtres, avec presque pas de murs et qu’il fera bon y être. Et que si c’est pas vrai, c’est quand même peut-être.

Pièce tragi-comique, violente, vociférante, tirant davantage vers le tragique farouche, Anna décline un regard qui ne s’arrête pas à ce qu’il voit, mais traque les couleurs et la lumière pour supporter le poids de l’existence. Une pièce qui tient et repose sur le verbe, en un soliloque ahuri, sur une parole qui n’est pas celle du réel mais une hallucination du réel, où le corps dérouille, désarticulé, estropié, cadenassé. Révolté aussi. Pascale Martineau a écrit ce texte en 2002, avant de le monter elle-même sur scène et de le jouer. Un texte éructé, sorti d’un diable Vauvert inconnu, rédigé en un seul après-midi, comme s’il y avait urgence. Sans plus de rides, avec le même esprit labyrinthique, la même sensation d’un mélange d’asphyxie et de liberté explosive, la comédienne le reprend aujourd’hui. Avec plus de maturité, tenant plus fermement encore le texte au collet.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents