Dossier : Aux arbres, citoyens !

Les rêves d’arbres d’Anne-Andrée Carron

Des œuvres enracinées dans une enfance normande et dans l’argile rouge.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les arbres de l’artiste Anne-Andrée Carron sont enracinés dans une enfance normande et une terre bien particulière : l’argile rouge. Captivée très jeune par les « arbres de vie mexicains », elle réalise des œuvres avant tout « poétiques et abstraites » : des « rêves d’arbres » que chacun peut faire siens. Outre ce lien à l’enfance, les arbres sont pour elles évocateurs « d’humanité et de liberté(s) », notions symbolisées par « leur feuillage et leur enracinement ». Inquiète du « devenir de cette planète où toutes les populations vivantes sont menacées », elle voit dans « leur force et leur dimension de témoins du temps long » un réconfort et un espoir. Un ancrage à la Terre comme à la terre…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents