Michel Pouzol : « Témoigner : une mission politique »

Michel Pouzol, ex-RMiste et ex-député, milite contre la stigmatisation et pour des mesures efficaces contre la misère.

Marie Pouzadoux  • 4 juillet 2018 abonné·es
Michel Pouzol : « Témoigner : une mission politique »
© photo : PATRICK KOVARIK/AFP

Michel Pouzol en sourit, mais il est conscient du sous-entendu dans l’étiquette « bon pauvre » que le monde politico-médiatique lui a collée. Ancien RMiste, il a connu la misère durant seize mois, avec sa femme, enceinte, et ses deux enfants, vivant dans un cabanon insalubre de 25 mètres carrés. Quelques années plus tard, il est élu député (PS) et débarque à l’Assemblée en 2012, unique en son genre sous les ors de la République.

À lire aussi >> Halte à la pauvrophobie !

C’est le soir de sa victoire dans la 3e circonscription de l’Essonne qu’il évoque pour la première fois, très ému, son histoire personnelle : « Ce que vous avez fait ce soir : vous avez envoyé à l’Assemblée nationale un précaire, un petit-fils d’agriculteur, un ex-RMiste. » D’abord repéré par une journaliste du Parisien, il fait rapidement le tour des plateaux de télé, à sa grande surprise. Courtisé par les maisons d’édition, il finit par publier Député, pour que ça change, un livre où il se raconte mais propose aussi des pistes pour lutter contre la pauvreté et la pauvrophobie. Il est félicité, érigé en exemple. « Toi, tu as voulu t’en sortir », lui glissent certains politiques, même de droite.

Du livre est née l’idée du documentaire, dans la série Pourquoi nous détestent-ils ?, du producteur Alexandre Amiel, qui l’a contacté. Pour Michel Pouzol, « témoigner est une mission politique et citoyenne, au nom de tous ceux qui connaissent cette situation et qui n’ont pas la lumière sur eux ». Et s’il trouve la force de revenir sur ce qu’il a vécu de plus douloureux dans sa vie, « c’est grâce aux témoignages quotidiens du soutien des gens ». Il donne l’exemple d’un message qui lui a été envoyé par un citoyen belge. Après la projection-débat du documentaire, cet homme le remercie : « Je faisais partie de ceux qui portaient des regards sévères et durs sur les personnes vivant dans la pauvreté […]_. Je partageais tous ces_ a priori. Votre film a eu l’effet d’un électrochoc sur moi ; en l’espace d’une toute petite heure, vous avez changé ce regard. » Aujourd’hui dans les rangs de Génération·s, il poursuit son combat contre la pauvrophobie et demande une « une vraie politique de lutte contre la pauvreté ».

Société Économie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître