Dossier : Cantines scolaires : La santé a un goût

Ces villes qui disent non au plastique

Certaines municipalités n’ont pas attendu les polémiques ou un éventuel texte de loi pour bannir le plastique de ses cantines scolaires et garantir la santé de leurs plus jeunes concitoyens.

De Paris aux Sables-d'Olonne et à Limoges, en passant par des communes girondines, des villes ont choisi de se passer de plastique dans leurs cantines scolaires.

De la porcelaine à Limoges

Biberons en verre, couverts en inox, verres en pyrex… Les crèches de Limoges bannissent progressivement tous les objets en plastique, soupçonnés d’être nocifs pour les enfants en bas âge. Dernière innovation : des plateaux-repas en porcelaine pour remplacer les assiettes en mélamine. « Chaque crèche de la ville comporte une cuisine dans laquelle tous les ustensiles ont été choisis dans des matériaux inertes, explique Nadine Rivet, adjointe en charge de la petite enfance. Ces plateaux permettront d’éduquer les enfants au goût en captant leur attention et éviteront la migration des perturbateurs endocriniens dans la nourriture. » La création et la confection des objets sont confiées aux étudiants du lycée des métiers, arts et techniques Le Mas Jambost. Près de 500 plateaux seront disposés dans les crèches en novembre. Une action qui a vocation à être étendue aux écoles de la ville, car la capitale de la porcelaine a engagé une lutte contre les perturbateurs endocriniens depuis l’élection de son maire en 2014, Émile-Roger Lombertie, ancien médecin.

De la fibre végétale en Gironde

À Blanquefort, à Bruges, au Pian-Médoc, au Taillan-Médoc, à Ludon-Médoc et à Parempuyre, les barquettes en plastique ont été remplacées depuis juin par des contenants en fibre végétale fabriqués par la société Cellulopack (lire ici). Ces communes regroupées au sein du syndicat intercommunal (Sivom) du Haut-Médoc comptent 35 restaurants collectifs, servant près de 6 000 repas par jour, essentiellement en milieu scolaire. Pour parfaire la transformation, ces barquettes biodégradables sont recyclées par Les Détritivores, une entreprise sociale et solidaire bordelaise.

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents