Intelligence artificielle : Le cheval de Troie du techno-libéralisme

Face aux promesses de l’intelligence artificielle, il devient urgent de cerner les transformations qui se dessinent, pour s’emparer du combat politique sur les choix « civilisationnels » qui s’avancent.

Erwan Manac'h  • 24 octobre 2018
Partager :
Intelligence artificielle : Le cheval de Troie du techno-libéralisme
© WANG Zhao/AFP

Des voitures qui conduisent seules et choisissent leur route. Un ordinateur qui sélectionne et auditionne le meilleur candidat pour une embauche. Un logiciel qui prescrit des traitements médicaux… Les promesses de l’intelligence artificielle, avec des machines désormais capables de se perfectionner d’elles-mêmes en s’appuyant sur des bases de données gigantesques, ont de quoi donner le tournis. Aux oracles d’une force prométhéenne qui délivrerait l’homme de ses contingences, comme aux prédicateurs du cataclysme, qui pronostiquent une prise de contrôle des machines sur le monde.

Passé le temps du vertige, il devient urgent de reprendre pied, d’aiguiser notre conscience et de cerner les transformations qui se dessinent, pour s’emparer du combat politique sur les choix « civilisationnels » qui s’avancent. C’est notamment ce à quoi nous invite le philosophe Éric Sadin. Car « l’intelligence artificielle », telle qu’elle s’immisce désormais dans nos vies, est le nom d’un projet bien humain. Pétri de certitudes à courte vue et d’intérêts pécuniaires, maquillés derrière une pluie de milliards déversés dans la recherche et l’innovation par les géants du numérique et par un goût certain pour la frime. Un projet de conformisme radical, doté d’une force de frappe inégalée, qui rend plus que jamais nécessaire l’ouverture d’un débat, pour l’heure confisqué. Pour que les avancées, bien réelles, de cette nouvelle révolution industrielle profitent au bien commun et pas au renforcement de l’emprise déjà considérable d’une poignée de « plateformes ».

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard